Seiji Ozawa (1959)

Grand Prix de direction du 9e Concours

[Japonnais, 24 ans le jour de la Finale]

Eugène Bigot, Président du jury

La trajectoire de Seiji Ozawa est celle d’une fulgurance. Né de parents japonais, il voit le jour le 1er septembre 1935 en Chine. Mais c’est à l’école de musique de Toho à Tokyo qu’il se forme la musique occidentale. Son premier maître, Hideo Saito, lui donne les bases techniques indispensables qui lui permettent ensuite d’aller en Europe et aux Etats-Unis, là où s’ancrent la tradition et le répertoire de la musique occidentale qu’il a étudiée. En 1959, il obtient en le Premier Prix du Concours de Direction d’Orchestre de Besançon. Dès lors, il prend son envol. Charles Münch l’invite à diriger l’Orchestre symphonique de Boston à Tanglewood. Puis, Seiji Ozawa reçoit à Berlin l’enseignement d’Herbert von Karajan, avant d’approfondir encore sa formation auprès de Leonard Bernstein. Celui-ci, que l’élève qualifie de « génie », lui fait partager la tournée de l’Orchestre philharmonique de New York au Japon.

Lors de ses années américaines, Seiji Ozawa assure la direction musicale de l’Orchestre symphonique de Toronto de 1965 à 1969, avant d’être nommé chef de l’Orchestre symphonique de San Francisco de 1970 à 1976. Il accomplit ce mandat tout en étant chef attitré de l’Orchestre symphonique de Boston où il imprime sa marque jusqu’en 2001.

De retour en Europe, où il est est directeur musical de l’Opéra de Vienne de 2002 à 2010, Seiji Ozawa n’en cultive pas moins les liens qui l’unissent au Japon. Ainsi, en 1984, en hommage à son professeur Hideo Saito, il fonde l’Orchestre Saito Kinen, qui réunit chaque été dans la ville de Matsumoto des instrumentistes nationaux appartenant aux plus prestigieux orchestres occidentaux pour le Saito Kinen Festival. Parallèlement, deux fois par an, le Maestro dirige le Mito Chamber Orchestra créé en 1990 qui regroupe une trentaine d’instrumentistes du meilleur niveau. L’éducation musicale des jeunes artistes est au cœur de ses préoccupations. Seiji Ozawa est ainsi à l’origine de plusieurs académies, l’Ozawa International Chamber Music Academy Okushiga et l’Académie Ongaku-Juku au Japon, ainsi que l’International Music Academy – Switzerland (IMAS) à Genève, connue depuis 2011 sous le nom de ‘Seiji Ozawa International Academy Switzerland’. Fidèle au public, Seiji Ozawa offre son immense talent lors de ses prestations légendaires qui le consacrent comme l’un des plus grands chefs de ce siècle.

En savoir plus : www.ozawa-festival.com

Photo © Shintaro Shiratori