Librairie musicale

Essais, biographies, dictionnaires, beaux livres, romans ou livres jeunesse ayant un lien avec la musique… Mais aussi CD, DVD, coffret musicaux…
Le Festival vous invite à découvrir une sélection d’ouvrages en lien avec la musique et la programmation de cette édition, pour prolonger le plaisir de la musique chez vous !
Un large choix disponible sur les lieux même de concert, et la possibilité de faire dédicacer vos achats par les artistes à la sortie du concert.

Librairie ouverte à la billetterie du 29 août au 7 septembre, du mardi au samedi, de 10h à 18h.
Dès le 8 septembre, découvrez la sélection d’ouvrages dans le hall de certains concerts.

Librairie Musicalame

16 rue Pizay – 69001 Lyon

Musicalame est une librairie entièrement dédiée à la musique et à la danse. Essais, biographies, dictionnaires, beaux livres mais aussi romans, BD, CD et DVD. Le rayon jeunesse régale les petits avec des centaines d’ouvrages pour accompagner l’apprentissage et la découverte des répertoires du monde entier. Musicalame propose au public du Festival une large sélection d’ouvrages en rapport avec la programmation, pour les mélomanes et les professionnels : rien de tel que la lecture pour ouvrir les oreilles ! Vous cherchez un titre précis ? Contactez Musicalame pour le récupérer sur le Festival.

Librairie Forum

15 Grande Rue – 25000 Besançon

Le magasin Forum, installé à Besançon depuis une vingtaine d’années, propose une large offre culturelle sur plus de 600 m2. Un rayon littérature et scolaire, une papeterie, un corner multimédia ainsi qu’un rayon CD, DVD et vinyles.
Un vaste choix de références et des promotions en permanence vous est présenté par une équipe jeune et passionnée qui sera à votre écoute pour vous guider dans vos choix. Le rayon de musique classique, éclectique et partenaire du Festival de musique, vous permettra de suivre le programme des concerts et continuer dans la découverte des œuvres abordées.

Découvrez la sélection « Coup de cœur 2017 » de la Librairie Musicalame  !

Pour les petits

L’orchestre : cherche et trouve autour du monde
Texte et illustrations de Chloé Perarnau
Éditions de l’Agrume, à partir de 6 ans (16 euros)

Le grand concert a lieu dans une semaine et tous les membres de l’orchestre sont partis en vacances. Le maestro et son fidèle assistant vont devoir partir à leur recherche aux quatre coins du monde : les violonistes à Tokyo, la harpiste à Porto, les trompettistes à Rio, les flûtistes à Abidjan…
Un cherche et trouve grand format pour découvrir les instruments de musique et les grandes villes du monde. Fouiller les images colorées qui fourmillent de détails, à la recherche des musiciens qui s’y cachent, est une vraie partie de plaisir !

Jeux d’eau : initiation à la musique classique
Textes d’Ana Gerhard. Illustrations de Margarita Sada
Éditions La Montagne Secrète, de 7 à 97 ans (livre disque, 19.50 euros)

Mer, lac, rivière, cascade, source, tempête, larme, boire, nager, arroser, inonder, laver… Depuis toujours, ces mots qui évoquent l’eau, sa fluidité, son dynamisme et sa diversité rythmique ont captivé l’imagination de nombreux compositeurs et les ont inspirés. Des œuvres de Beethoven, de Bach, de Schubert et d’autres compositeurs font connaître la musique classique aux enfants par la découverte de la qualité aquatique que possèdent plusieurs grandes créations artistiques.
Merveilleusement illustré, le livre contient également un glossaire des termes musicaux et une courte biographie des compositeurs.
Accompagné d’un CD avec 20 extraits de pièces exécutées par des maîtres de renommée internationale, dont l’Orchestre national de Lyon, l’Ensemble Toronto New Music et l’Orchestre symphonique de Londres.

Le coq d’or
Conte d’Alexandre Pouchkine, raconté par Denis Podalydès. Illustrations d’Étienne Guiol
Musiques de Nicolaï Rimski-Korsakov interprétées par les Percussions Claviers de Lyon
Éditions Little Village, à partir de 6 ans (livre disque, 22 euros)

Un tsar guerrier, un mage, un coq en or, une princesse mystérieuse pour un conte en forme d’énigme !
Le mage offre au Tsar Dadon un coq magique qui lui garantira la protection des frontières de son royaume ; il exige en échange la promesse du tsar de réaliser un vœu qu’il formulera plus tard…
C’est le point de départ de ce conte d’Alexandre Pouchkine, superbement illustré par Étienne Guiol, et autour duquel les Percussions Claviers de Lyon ont bâti une véritable cathédrale sonore.
Basée principalement sur Le Coq d’or de Rimski-Korsakov, cette nouvelle partition convoque bien d’autres hits du compositeur le plus emblématique de la Russie éternelle.

Pour les grands

Musiciens d’orchestre
Sous la direction de Patrick Lehmann et Aurélien Poidevin. Photographies de Denis Félix
Éditions l’Œil d’Or (30 euros)

La Haute école de musique de Genève a choisi de s’intéresser aux enjeux du métier de musicien d’orchestre, au moment où celui-ci connaît d’importantes transformations ; ainsi qu’à la manière de le transmettre aux futures générations de musiciens.
À travers cet ouvrage, Patrick Lehmann et Aurélien Poidevin ont donné la parole à différents acteurs de la vie musicale afin d’engager une réflexion inédite qui s’articule autour des moments clefs d’une carrière : la formation, le concours et la vie quotidienne du musicien d’orchestre.
Dans cette perspective, une attention toute particulière a été portée aux modalités de recrutement des musiciens d’orchestre, avec une immersion dans les coulisses de ces épreuves atypiques, documentée par un reportage photographique inédit.
Musiciens d’orchestre présente un choix de textes et d’entretiens illustrés par des portraits réalisés par Denis Félix avec des étudiants et des professeurs de la Haute école de musique de Genève, ainsi que des musiciens, des chefs d’orchestre et de grands acteurs de la vie musicale en Suisse, en France et en Allemagne, membres entre autres de l’Orchestre de la Suisse romande, de l’Orchestre de chambre de Lausanne et du Berliner Philharmoniker.

Montrez-moi vos mains
Alexandre Tharaud
Éditions Grasset (17 euros)

Mes mains, je veux bien vous les montrer. Blanches, veineuses, rien d’extraordinaire.
C’est avec la modestie des grands artistes qu’Alexandre Tharaud, pianiste phare de sa génération, nous parle de son métier. Souvenir après souvenir, il nous livre ses doutes, ses convictions profondes, ses habitudes les plus intimes.
Quelles sont les différences entre Bach et Ravel, au contact du public ? Entre la loge du Symphony Hall de Boston et celle du Musikverein de Vienne ? Entre le public de Tokyo et celui de Paris ? Quelle est la sensation des touches sous les doigts ?
Au fil des réponses apparaît un homme qui consacre chaque mesure de la partition de sa vie – chaque note, chaque silence, chaque soupir – à la musique.

Musiques savantes, de John Zorn à la fin du monde, et après… : 1990-2015
Guillaume Kosmicki
Éditions Le Mot et le Reste (23 euros)

Aux portes de l’an 2000, la mondialisation balaye les certitudes esthétiques en même temps que les dernières utopies du XXe siècle. C’est la mort des avant-gardes, au profit de parcours artistiques individuels et éclectiques.
Au cours des vingt-cinq dernières années, sept tendances majeures se dégagent dans la composition musicale : le métissage planétaire et l’influence des réseaux ; l’héritage de la musique spectrale ; la pérennité de l’écriture et des codages complexes ; la persistance du minimalisme ; la technologie au service de la culture du son ; la transversalité entre savant et populaire, formes, styles et langages artistiques ; l’immuable vague nostalgique aux visages multiples, souvent qualifiés de « néo ».
Dans ce dernier tome venant clore la série, Guillaume Kosmicki guide le lecteur dans la découverte d’un répertoire à la richesse considérable, croisant histoire et esthétique afin de décrypter les musiques de cette période encore en cours d’écriture, au travers d’un panel multigénérationnel de compositeurs : de Zorn à Saariaho, de Lachenmann à Björk, d’Aperghis à Benjamin, en passant par Aphex Twin, Mâche, Escaich, Eötvös, Toeplitz, Manoury, Xu Yi et tant d’autres…

La sonate à Bridgetower
Emmanuel Dongala
Éditions Actes Sud (22.50 euros)

N’en déplaise à l’ingrate postérité, la célèbre Sonate à Kreutzer n’a pas été composée pour le violoniste Rodolphe Kreutzer, qui d’ailleurs ne l’a jamais interprétée, mais pour un jeune musicien tombé dans l’oubli. Comment celui-ci est devenu l’ami auquel Beethoven a dédié l’un de ses morceaux les plus virtuoses, voilà l’histoire qui est ici racontée.
Au début de l’année 1789 débarquent à Paris le violoniste prodige George Bridgetower, neuf ans, et son père, un Noir de la Barbade qui se fait passer pour un prince d’Abyssinie. Arrivant d’Autriche, où George a suivi l’enseignement de Haydn, ils sont venus chercher l’or et la gloire que devrait leur assurer le talent du garçon…
De Paris à Londres, puis Vienne, ce récit d’apprentissage aussi vivant qu’érudit confronte aux bouleversements politiques et sociaux – notamment la mise en cause de l’esclavage aux colonies et l’évolution de la condition des Noirs en Europe – les transformations majeures que vit le monde des idées, de la musique et des sciences, pour éclairer les paradoxes et les accomplissements du Siècle des lumières.